Signes d’infestation

Comment savoir si un arbre est infesté par l’agrile du frêne? Différents signes et symptômes, conséquences directes de la présence de l’envahisseur, peuvent nous aider à poser un diagnostic.

Tout d’abord, lorsque l’envahisseur infeste l’arbre depuis un certain temps (quelques années), les signes et symptômes typiques de la présence de l’agrile sont caractéristiques et donc très faciles à reconnaître. On dit que lorsque ces signes sont visibles à partir du sol, l’arbre est déjà sévèrement attaqué et il est souvent trop tard pour le sauver. En effet il pourra s’écouler entre 2 à 3 ans après le début de l’infestation avant que les signes et symptômes commencent à faire leur apparition (Ryall, K. L. et al. 2010).

Il en va tout autrement aux débuts des infestations; les signes et symptômes visuels sont alors beaucoup plus subtils. Un sens de l’observation aiguisé et des méthodes de détection précoces sont alors requis.  Heureusement, il existe de nouvelles méthodes qui permettent de découvrir l’envahisseur tôt, avant même que les signes et symptômes ne soient visibles. Cette détection précoce est fondamentale pour lutter plus efficacement tout en permettant de gagner du temps pour cette lutte. Il est important de noter que l’agrile attaque les frênes en commençant par leur cime. Ainsi, les premiers symptômes visibles seront très souvent remarqués dans le haut de l’arbre.

Un arbre infesté mourra en quelques années après le début de l’infestation selon  son âge et sa taille, la quantité de larves qui l’assaillent et la disposition des galeries.

D’autres ravageurs et certains facteurs climatiques (sécheresse, froid…) peuvent présenter des signes et symptômes similaires à ceux de l’agrile. Il vaudra mieux consulter un spécialiste en cas de doute pour confirmer le diagnostic.

1. Qu’est-ce qu’un signe?

Un signe est un dommage physique infligé à un arbre par un insecte.

Les principaux signes confirmant la présence de l’agrile du frêne sont les suivants :

  • Galeries larvaires
  • Trous de sortie en forme de « D »
  • Trous de pics et enlèvement d’écorce par les écureuils
  • Encoches d’alimentation sur le feuillage
  • Présence de la cochenille virgule du pommier

Les galeries larvaires :

Les galeries d’alimentation des larves sont typiquement en « S », en zigzag ou de forme serpentiforme. Ces galeries situées sous l’écorce dans le tissu du phloème nuisent à la circulation de la sève à l’intérieur de l’arbre. C’est le dommage le plus important causé par l’agrile du frêne. Ces galeries, avec l’augmentation de leur nombre, causeront l’apparition de plusieurs autres signes et symptômes au fil du temps. L’arbre meurt lorsque les galeries sont si nombreuses qu’elles en viennent à stopper complètement le transport de la sève dans l’arbre. On dit que l’arbre est alors complètement annelé. Les larves matures seront à un maximum de 2 cm de profondeur à l’intérieur de l’aubier (bois où circule la sève) de l’arbre pour subir leur transformation vers le stade de nymphe. Veuillez consulter le document de Stepanek (2014) pour comparer les galeries larvaires de l’agrile du frêne avec celles de d’autres espèces d’insectes.

Figure 1

Figure 1 – © David Cappaert, Michigan State University, Bugwood.org

D’abord très petites, les galeries vont graduellement s’élargir au fur et à mesure que la larve vieillit et grossit. La forme sinueuse et serpentiforme des galeries est très souvent une indication de la présence de l’agrile du frêne.

Figure 2

Figure 2 – © Art Wagner, USDA – APHIS, Bugwood.org

Le retrait volontaire de l’écorce du tronc d’un arbre infesté (figures 2, 3 et 4) permet de bien voir les galeries et de constater l’ampleur du forage réalisé par les larves.

Figure 3

Figure 3 – Figure 3- ©Troy Kimoto, ACIA

Figure 4

Figure 4 – © ACIA

Arbre très fortement infesté par les larves de l’agrile du frêne. La circulation de la sève dans l’arbre est ici complètement court-circuitée, la mort de l’arbre est inévitable.

 

Les trous de sortie :

Les trous de sortie en forme de « D » majuscule ne sont pas une preuve absolue de la présence du ravageur, car d’autres espèces d’insectes percent des trous similaires. Néanmoins, si vous trouvez des trous en « D » majuscule et des galeries sinueuses sous l’écorce, vous êtes fort probablement en présence de l’agrile. Ces trous sont formés par les adultes qui grugent l’écorce de l’arbre lors de leur émergence. Ils mesurent ~4 mm de diamètre. La forme de D s’explique par le fait que l’agrile possède un dos plat et face ventrale arrondie. Veuillez consulter le document de Stepanek (2014) pour comparer la forme et la dimensions des trous de sorties de l’agrile du frêne avec ceux d’autres espèces d’insectes.

Figure 5

Figure 5 – © Joseph O’Brien, USDA Forest Service, Bugwood.org

Exemple de trous de sortie en forme de « D » majuscule formés par l’émergence des adultes.

Figure 6

Figure 6 – © Pennsylvania Department of Conservation and Natural Resources – Forestry Archive, Bugwood.org

On trouve aussi des trous de sortie sur des arbres et des branches de petit calibre (>3 cm). Ces arbres et branches sont ainsi fragilisés et peuvent facilement casser lors de périodes venteuses ou d’orages.

Les trous de pics et alimentation des écureuils :

Plusieurs espèces de pics se nourrissent des larves de l’agrile du frêne. En forant pour extirper les larves, les pics laisseront des signes visibles sur l’écorce des frênes. On pourra voir souvent une plage de couleur plus pâle au pourtour des trous laissés par l’activité des pics. L’effet de la prédation des pics sur l’agrile serait assez faible, mais des études sont présentement en cours pour mieux documenter le réel impact. Les écureuils se nourrissent parfois des larves de l’agrile, laissant derrière eux des bandes d’écorce effilochées sur le tronc.

Figure 7

Figure 7 – © David Cappaert, Michigan State University, Bugwood.org

À gauche sur cette photo, on peut voir un trou de sortie en forme de « D » très typique. À droite, un trou originellement en forme de « D » a été foré par un pic. La forme du trou est alors davantage arrondie. Il est fréquent de rencontrer un tel type de trou sur les arbres infestés.

Figure 8

Figure 8 – © Art Wagner, USDA – APHIS, Bugwood.org

Arbre où l’on peut constater une forte activité d’alimentation des pics. Les pics ne sont pas nuisibles aux frênes, au contraire, ils aident à limiter, dans une certaine mesure, la population d’agriles du frêne en se nourrissant des larves de l’insecte.

Encoches d’alimentation sur le feuillage

Avant de devenir sexuellement actifs et de pouvoir se reproduire, les adultes doivent passer par une période d’alimentation assez active. En s’alimentant, les jeunes adultes vont créer des encoches dans le feuillage des frênes. Ce dégât d’ordre esthétique ne représente pas un danger mortel pour l’arbre, mais il est toutefois une indication que la population d’adultes est importante. Dans certains cas, la défoliation est très visible et confère au feuillage un aspect denté caractéristique.

Figure 9

Figure 9 – © Debbie Miller, USDA Forest Service, Bugwood.org

Jeune adulte s’alimentant sur une feuille de frêne, laissant le pourtour avec un aspect denté inhabituel. Les figures 10 et 11 montrent bien un feuillage assez fortement mangé avec l’aspect particulier qu’il en résulte.

Figure 10

Figure 10 – © Jeffrey Hahn

Figure 11

Figure 11 – © Jeffrey Hahn

Présence de la cochenille virgule du pommier

Les arbres stressés sont souvent attaqués par divers insectes. Une forte présence de cochenille virgule sur l’écorce d’un frêne peut-être une indication qu’un frêne est stressé et donc, potentiellement affecté par l’agrile du frêne.

 

2. Qu’est-ce qu’un symptôme?

Un symptôme correspond à une réaction de l’hôte (ici le frêne) à une attaque par un ravageur.

Les principaux symptômes confirmant la présence de l’agrile du frêne sont les suivants:

  • Jaunissement prématuré du feuillage, mortalité de branches et éclaircissement de la cime
  • Présence de gourmands (pousses adventives)
  • Fendillement, fissure et décollement d’écorce (déformations)
  • Surabondance de samares

Jaunissement prématuré du feuillage, mortalité de branches et éclaircissement de la cime

La mort graduelle de la cime débute plus fréquemment dans le dernier tiers supérieur de l’arbre. En s’alimentant, les larves stressent l’arbre et finissent par limiter la circulation normale de la sève. Les branches dépérissent graduellement, le feuillage devient jaunâtre, se flétrit et tombe. Les branches se retrouvent  dénudées et meurent. Si vous remarquez un feuillage flétri, des  rameaux dégarnis, un feuillage  jaunissant, des branches mortes complètement dénudées sur votre frêne autrefois vigoureux, il faut investiguer de plus près votre arbre. Ce type de symptômes peut être fréquent dans les zones où l’agrile du frêne a déjà été répertorié.

Figure 12

Figure 12 – © Eric R. Day, Virginia Polytechnic Institute and State University, Bugwood.org

Cime présentant des symptômes d’éclaircissement assez marqués. Le feuillage est également plus jaunâtre que celui rencontré chez un frêne sain. Notez la présence de pousses adventives à la jonction du tronc et des branches maîtresses de l’arbre.

Figure 13

Figure 13 – © D.B. Lyons, Ressources naturelles Canada, Service canadien des forêts, Centre de foresterie des Laurentides

Alignement de frênes présentant des symptômes très avancés de dégarnissement de la cime. Le processus menant à la mort des arbres montrant ce degré d’avancement des symptômes est irréversible.

Figure 14

Figure 14 – http://ville.montreal.qc.ca/pls/portal/docs/page/grands_parcs_fr/media/images/public/ph_agrile_frene_deperissant_ad_tgp.jpg

Arbre en milieu urbain montrant un dépérissement de la cime très avancé.

Figure 15

Figure 15 – © Steven Katovich, USDA Forest Service, Bugwood.org

Le dépérissement de la cime peut également être remarqué en forêt sur les sites où l’agrile est abondant.

Présence de gourmands (pousses adventives)

Les gourmands sont fréquemment rencontrés au niveau du tronc et à la base des racines des frênes affectés par l’agrile. Il est possible de voir ces pousses se former dans la cime et sur les branches principales de l’arbre. Ces pousses ne sont pas nécessairement présentes sur tous les frênes infestés par l’agrile du frêne, mais si les conditions sont propices, elles peuvent apparaître. La croissance de ces nouvelles pousses est généralement très rapide, voire explosive.

Figure 16

Figure 16 – © Michigan Department of Agriculture, Bugwood.org

Jeunes frênes où les pousses adventives se sont densément développées, au niveau de la souche, à la suite d’une infestation par l’ADF.

Figure 17

Figure 17 – © Daniel Herms, The Ohio State University, Bugwood.org

Figure 18

Figure 18 – © Pennsylvania Department of Conservation and Natural Resources – Forestry Archive, Bugwood.org

Tronc d’un frêne infesté où le développement de pousses adventives a été très marqué.

Fendillement, fissure et décollement d’écorce (déformations)

Ces symptômes vont généralement être remarqués dans les premiers stades d’infestation de l’insecte. Ils peuvent donc être très utiles pour aider à la détection précoce de l’insecte.  En creusant des galeries sous l’écorce de l’arbre, les larves d’agrile font souvent induire chez l’arbre la formation de tissus cicatriciels dans le but de circonscrire la blessure. Un renflement pourra donc se former. L’apparition de fissures près de la plaie de même que la décoloration de l’écorce ou du suintement (écoulement de sève) peuvent également être visibles.

Figure 19

Figure 19 – © Pennsylvania Department of Conservation and Natural Resources – Forestry Archive, Bugwood.org

Fendillement d’écorce laissant entrevoir les galeries causées par l’alimentation des larves.

Figure 20

Figure 20 – © Michigan Department of Agriculture, Bugwood.org

Jeune individu où l’on peut remarquer un fendillement d’écorce. Même si le feuillage de l’individu semble sain et vigoureux, ce symptôme laisse entrevoir une infestation précoce par l’agrile du frêne.

Surabondance de samares

Les arbres stressés produisent fréquemment un excès de graines. La très forte production de graines (samares) chez le frêne femelle peut être un indice révélant la présence d’un stress causé par l’agrile.

Les commentaires sont clos.