Identification

Avec des notions entomologiques simples, il est possible de bien identifier l’agrile du frêne. Le texte qui suit présente les critères les plus distinctifs de l’agrile du frêne ainsi que les insectes qui sont semblables ou qui peuvent s’attaquer aussi aux frênes. Notez qu’il faut que toute nouvelle découverte de l’insecte par une municipalité ou d’autres instances soit validée par l’ACIA avant d’en publiciser la découverte.

1.   Critères distinctifs pour l’identification de l’agrile :

  • Un spécimen typique de l’agrile présente un coloris bleu vert émeraude, brillant et métallique sur tout le corps. Des reflets cuivrés, bronze et même rougeâtres peuvent parfois être visibles au travers de la coloration verte. Les élytres (voir définition plus bas) paraissent souvent être d’un vert légèrement plus sombre que le reste du corps.
    • Élytres : Aile antérieure dure, cornée, non utilisée lors du vol, mais qui sert d’étui de protection aux ailes postérieures membraneuses au repos.
  • Lorsque les élytres et les ailes sont ouverts, on peut voir l’abdomen de l’agrile. Ce dernier est d’un rouge cuivré clair. L’agrile du frêne est la seule espèce d’agrile nord-américaine dont l’abdomen présente une telle couleur. Ce critère simple peut être utilisé pour distinguer l’ADF de toutes les autres espèces d’agrile présentes sur notre territoire. Il est important de bien soulever les ailes, pour un examen attentif de la couleur de l’abdomen. En effet, étant iridescentes (produisant des reflets arc-en-ciel) les ailes peuvent camoufler la véritable couleur de l’abdomen lorsqu’elles recouvrent ce dernier.
  • La longueur totale des individus se situe entre 8,5 et 14,0 mm.
  • Les antennes de l’agrile sont composées de 11 segments. Ces segments sont dentés (en forme de scie) du segment 4 au segment 11 (Voir Parsons, G.L. 2008 pour les détails).

 

Figure 1

Figure 1.
Agrile du frêne. © Pennsylvania Department of Conservation and Natural Resources – Forestry Archive

Vue dorsale d’un spécimen typique de l’agrile du frêne. La couleur bleu-vert émeraude est très typique chez la grande majorité des individus. Certains coloris plus rares sont toutefois parfois rencontrés.

Figure 2

Figure 2. L’agrile du frêne est la seule espèce d’agrile nord-américaine ayant un abdomen de cette couleur. © David Cappaert, Michigan State University, Bugwood.org

2.    Insectes à ne pas confondre avec l’agrile

Les insectes suivants peuvent parfois être confondus avec l’agrile du frêne. Ces erreurs d’identification surviennent généralement lorsque l’on utilise seulement la couleur comme principal critère d’identification. En utilisant plus d’un critère (ex. couleur de l’abdomen, segments dentés des antennes), ces erreurs pourront facilement être évitées.

Figure 3

Figure 3.
Cincidèle à six points (Cicindela sexguttata).
© Pennsylvania Department of Conservation and Natural Resources – Forestry Archive, Bugwood.org

La cincidèle à six points (Cicindela sexguttata) est un insecte indigène de l’est de l’Amérique du Nord que l’on rencontre fréquemment en forêt ou dans les endroits ouverts en bordure des boisés. Loin d’être un ravageur, cet insecte prédateur est très utile puisqu’il se nourrit d’une grande variété d’insectes. Les points blancs localisés sur le pourtour de ses élytres, et sa forme différente, permettent de la distinguer facilement.

Figure 4

Figure 4.
Le grand calosome vert (Calosoma scrutator).
© David R. Maddison source

Le grand calosome (Calosoma scrutator) est un grand coléoptère  (35 mm). Prédateur vorace, il se nourrit principalement de chenilles.

Figure 5

Figure 5.
Le scarabée japonais (Popillia japonica).
© David Cappaert, Michigan State University, Bugwood.org

Le scarabée japonais (Popillia japonica) est un insecte nuisible qui, comme son nom l’indique, provient du Japon. Il a fait son apparition dans le sud du Québec il y a quelques années, mais il peut maintenant être vu jusque dans la ville de Québec. Il mesure environ 13 mm de long. Sa tête et son thorax sont d’un vert métallique brillant, ses ailes d’un brun métallique cuivré, teintées de vert aux extrémités. Six touffes de poils blanchâtres garnissent chaque côté de l’abdomen. Un examen attentif permettra de ne pas le confondre avec l’agrile puisqu’il est en fait très différent de ce dernier.

Figure 6

Figure 6.
L’agrile du bouleau (Agrilus anxius). © Pennsylvania Department of Conservation and Natural Resources – Forestry Archive, Bugwood.org

 L’agrile du bouleau (Agrilus anxius) est un insecte ravageur du bouleau présentant certaines similarités avec l’agrile. La couleur des adultes est plus sombre que celle de l’agrile. La couleur de l’abdomen rouge-cuivré très caractéristique de l’agrile du frêne permettra d’éviter la confusion entre ces deux espèces. L’agrile du bouleau (Agrilus anxius), bien que semblable à l’ADF, pourra être distingué avec sa couleur noirâtre plus sombre et celle de son abdomen.

Figure 7

Figure 7.
L’agrile du bouleau (Agrilus anxius). © Whitney Cranshaw, Colorado State University, Bugwood.org

3.   Autres insectes ravageurs du frêne

Mise à part l’agrile du frêne, d’autres insectes de différentes familles peuvent parfois causer des dommages aux frênes dans nos régions. À noter que ces ravageurs s’attaquent généralement aux frênes stressés ou dépérissants et que leurs effets sont généralement restreints dans quelques foyers seulement, contrairement à l’ADF.

Voici quelques-uns de ces insectes 

Famille des Buprestidés

  • Dicerca divaricata
  • Chrysobothris femorata (Perceur à tête plate du pommier)
  • Chrysobothris sexignata

Famille des Scolytes

  • Hylesinus aculeatus (Scolyte du frêne)
  • Hylurgopinus rufipes (Scolyte de l’orme)
  • Hylesinus fasciatus et Hylesinus criddlei

Famille des Cérambycidés

  • Neoclytus acuminatus (Clyte du frêne)
  • Tylanotus bimaculatus (Perceur bimaculé du frêne)

Famille des Sésidés

  • Podosesia syringae (Sésie du frêne)

Famille des Agromyzidés

  • Phytobia sp. (Différentes espèces de mineuses du cambium du frêne)

Les commentaires sont clos.